Industrie minière: Deux actionnaires d’Ambatovy sur le point de “lâcher “?

Deux actionnaires d'Ambatovy auraient jeté l'éponge. Une situation qui remet au-devant de la scène l'avenir de cette plus grande compagnie minière de Madagascar.

Ambatovy n’aurait pas donc été un “bon coup”. En tout cas, c’est ce que l’on pourrait déduire puisque Korea Resources Corporation, un de ses principaux actionnaires, compterait quitter le navire, en vendant sa part d’actions dans cette compagnie minière selon le magazine “Pulse” du Maeil business news Korea.

D’après l’article qui a été publié la semaine dernière, l’actionnaire coréen “accélère la vente de sa participation à des investisseurs potentiels pour s’attaquer à un problème de liquidité…L’actif à mettre en vente est sa participation de 33% dans la mine de nickel et de cobalt, détenue conjointement par Posco international et STX. Les deux autres partenaires coréens devraient quitter l’activité”, souligne le journaliste qui a signé cet article.

Korea Resources Corporation jetterait ainsi l’éponge. Si ce n’est que pour l’exercice 2019, celle-ci aurait enregistré une perte de 425 millions de dollars, dont la plupart provenaient de l’entreprise Ambatovy. Contactés alors pour apporter des explications sur la situation, les responsables de la communication d’Ambatovy et de l’administration minière malgache se sont abstenus de faire des commentaires pour démentir ou confirmer ces informations. La même stratégie adoptée par les responsables à Madagascar, comme après l’annonce faite par la compagnie Sherrit qui ne comptait plus faire partie de l’aventure Ambatovy.

Il y a en effet quelques mois, Sherrit qui entend préserver sa situation financière, avait décidé de transférer à ses deux partenaires dont le japonais Sumitomo et Korea Resources Corporation, sa participation de 12 % dans l’usine de nickel. Sherritt renonçait alors à ses droits de vote et à son influence sur les opérations de l’usine, en vertu de la convention d’actionnaires.

Ambatovy, une future compagnie 100% “nippone”?

Son Directeur des relations avec les investisseurs et des communications, Joe Racanelli a alors confié à Fastmarkets, une agence d’information sur les prix des métaux, que «la transaction implique un certain nombre de composants, y compris l’échange de 588 millions de dollars d’obligations existantes contre un nouveau deuxième privilège garanti et l’échange de 145 millions de dollars de prêts dus à nos partenaires de la coentreprise Ambatovy pour notre participation de 12%, ou un nouveau prêt modifié. La transaction, en attente des approbations de toutes les parties prenantes, devrait être conclue le 30 avril, et réduira la dette de Sherritt d’environ 415 millions de dollars», avait-il déclaré à l’époque. Reste donc à savoir si la transaction a réellement eu lieu.

Apparemment, c’est la compagnie japonaise Sumitomo qui semble s’accrocher. Celle-ci est d’ailleurs l’actionnaire majoritaire d’Ambatovy. Rien de surprenant également si l’ambassadeur du Japon en personne est récemment monté au créneau pour discuter avec le ministre des Mines malgache sur la relance des activités d’Ambatovy qui sont suspendues depuis le mois de mars.

Les autres actionnaires, pour leur part, semblent se résigner. Sherritt compterait, par exemple, se focaliser sur ses exploitations avec la compagnie cubaine General Nickel Co, à Cuba. La Korea Resources Corporation tente même de vendre des participations dans d’autres projets miniers à l’étranger pour sortir d’une crise de liquidités.

 

Exit mobile version