DiversSociété

Fermeture des frontières: Le trafic de drogues par vol cargo gagne de l’ampleur

D'importantes saisies de drogues ont été enregistrées par l'administration douanière en ce temps de crise sanitaire. Les frontières semblent être fermées aux trafiquants mais pas aux trafics.

Les restrictions de déplacement durant cette période de crise sanitaire n’ont point freiné le trafic de drogue. Pour preuve, l’administration douanière rapporte que du mois de juin jusqu’à ce mois d’août, sa brigade spécialisée dans la lutte contre le trafic de stupéfiant a mis la main sur au moins 3,756 kilos de drogue. Des marchandises que des trafiquants ont tenté de sortir clandestinement du pays par voie aérienne.

En effet, puisque le transport de passagers n’est pas encore autorisé avec la fermeture des frontières, les trafiquants ont été contraints de changer leur mode opératoire. Ils ont opté pour l’envoi par vol cargo de leur marchandise. Malheureusement pour certains, le flair douanier a déjoué leur tentative.

De l’héroïne dissimulée dans des produits artisanaux.

Les plus grosses prises étaient enregistrées au mois de juin, durant lesquels 1963 grammes d’héroïnes dissimulées dans les parois d’un réfrigérateur à destination de Douala et 1593 grammes cachées dans le parois d’une glacière à destination de Liberia ont été découvertes. La dernière prise communiquée était les 600 grammes d’héroïnes cachées dans le doublon de fonds de paniers en fibre naturelle, à destination de Disney, le 19 août dernier.

Ces marchandises saisies sont actuellement sécurisées, gardées par la Direction générale des Douanes (DGD), en attendant la décision de la Justice ordonnant leur destruction. L’administration douanière réitère alors que “le service de surveillance et de lutte contre la contrebande (SSLC) redouble d’efforts pour continuer à améliorer ses performances, pour réprimer la fraude organisée et la contrebande qui appliquent des techniques de plus en plus complexes. L’objectif est toujours de démanteler les réseaux de trafics de drogues dont Madagascar est désormais une plaque tournante”.

La DGD se donne d’ailleurs les moyens pour ce faire, pour le renforcement de son système de renseignement ou encore la mise en place d’une brigade canine qui sera prochainement opérationnelle.

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page